29 juin 2008

songe d'une nuit

la_nuit_2

Songe d’une nuit


Une lueur dans la nuit m'appelle,

je regarde les étoiles et m'imagine,

les bottes de sept lieux me harcèllent,

sautant de page en page d'un magazine.

Je regarde le soleil, déjà je n'y vois plus,

mon esprit est ailleurs, comment aurais-je su,

les larmes qui coulent sur mes joues,

Apaisent le feu qui couve et me secoue.

Les tremblements de mon corps, imperceptibles pourtant,

me rappellent que je suis bien là, et dois aller de l'avant.

Je dois être forte pour me tirer de cette léthargie,

qui de plus en plus, au plus profond m'engourdit.

M'en aller, c'est ce que de tout temps j'ai cherché,

mon rêve n'était pas suffisant pour me contenter.

La force qui m'attire irrésistiblement vers l'infini,

Me réduit à l'état de fantôme à la  transparence inouïe.

Je me fonds dans l'espace, nous ne faisons  plus qu'un,

mon corps se liquéfie, mais je me sens bien,

mêlée à l’infini, et éblouie par les miettes d’étoiles,

c’est alors que s’ouvre devant moi cet immense hall


Je suis devenue tout, et ne suis pourtant plus rien.

nous sommes maintenant deux et pourtant qu'un,

le néant m’enlace et je suis le chemin,

tout illuminé, qui me mène vers demain!










Posté par SYL DOURL à 06:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur songe d'une nuit

Nouveau commentaire